Aliénor Lutherie - Accueil
Magazines/CD/DVD   |   Pédagogie/Coin du professeur   |   Location   |   Violon   |   Soins de l'instrument   |   Violoncelle   |   Alto   |   Guitare   |   Contrebasse   |   Viole de Gambe   |   Accessoires de luthiers   |   Harpe Diatonique   |   Amplification   |   Cours de musique   |   Instruments à vents   |   Chèques cadeaux   |   Etuis et Housses

Bienvenue

Bienvenu sur notre blog... n'hésitez pas à nous faire part de vos commentaires

Archives

Juin 20191
Janvier 20191
Janvier 20181
Septembre 20171
Juin 20171
Mars 20172
Février 20171
Janvier 20171
Novembre 20162
Septembre 20161
Mai 20163
Avril 20163
Janvier 20161

Nuage de Mots-clés


Newsletter



Barre de recherche




« Retour

Partager cet article:

  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • Live
  • MySpace
  • Reddit
  • StumbleUpon
  • Technorati
  • Twitter
27
Juin
2019

Le violon et la canicule


 

Une canicule, ou vague de chaleur est un phénomène météorologique de températures de l’air anormalement fortes, diurnes et nocturnes, se prolongeant de quelques jours à quelques semaines dans une zone relativement étendue.

En tant qu’être vivants, nous sommes sensibles et fragilisés par ces variations de températures. Il en est de même pour le bois qui constitue nos instruments à cordes.

Il est important que les musiciens comprennent bien qu’ils sont les acteurs principaux de la bonne santé de leur instrument. Lors de canicule ou de grand froid, voici quelques conseils qui leur permettront de conserver la beauté, le son et la valeur de leur instrument. Ces conseils sont applicables à l’ensemble du quatuor et plus largement aux instruments baroques et autres cordes frottées.

L’ENVIRONNEMENT : température et humidité

En Europe, les changements saisonniers de température et d’hygrométrie (pourcentage d’humidité dans l’air) sont significatifs tout au long de l’année. Ainsi les instruments à cordes frottées, qui sont principalement constitués de bois, un matériau qui par nature tend à se dilater en présence d’humidité et se contracte en son absence. L’architecture du violon est faite pour encaisser cette « respiration » mais ces mouvements répétés peuvent tout de même créer quelques inconvénients au niveau des joints de colle, et plus sérieusement des fractures.

Quelques conseils :

-         -  Contrôlez le taux d’humidité au moyen d’un hygromètre.

-          - Vérifiez que l’hygrométrie est comprise entre 55% et 70% avec une température de 17° à 21° celcius qui est une moyenne idéale pour la conservation d’un instrument de la famille du violon. En dessous de 45% commence le risque de fente

-         -  Au cours de l’hiver avec les chauffages en fonctionnement, la pièce où vous jouez peut nécessiter une humidification. Il est bien sûr important d’éloigner l’instrument des sources de chaleur. L’idée principale étant d’éviter tout changement brutal de milieu…

-          - Il est primordial de ne pas laisser son instrument dans une voiture (comme son chien ou son bébé d'ailleurs...)

-          - Attention aussi à l’air conditionné lors de voyage en voiture par temps très chaud car les variations chaud/ froid peuvent être brutales.

 - Evitez de conserver votre violon dans son etui en permanence, il est bien à ce moment là d'aérer régulièrement l'instrument en veillant à ne pas le soumettre à l'ouverture à une variation brutale de température ou d'humidité.

UNE ATMOSPHERE TROP SECHE :

Lorsque le violon est soumis à une atmosphère plus sèche que son environnement habituel, le bois qui le constitue se contracte. La manière dont celui-ci va rétrécir dépend de la fibre du bois. L’épicéa par exemple se contractera dans le sens de la largeur.

Plus l’air est sec, plus ces fibres vont se contracter, exerçant une tension de plus en plus forte sur les surfaces de contact collées. Lorsque la tension sera trop forte deux options se présentent :

-                 Dans le meilleur des cas, la colle qui maintient les pièces ensemble se rompt.

-                Au pire, le bois se fracture dans sa partie la plus fragile... donc souvent dans une partie essentielle de la production du son !

UNE ATMOSPHERE TROP HUMIDE :

Quand un violon se retrouve exposé à une atmosphère plus humide qu’à son quotidien, celui-ci va voir son bois gonfler, de manière inverse à celui de son asséchement. L’expansion des différentes pièces peut aussi causer des problèmes de tension. Par exemple, l’ébène est très dense et l’humidité peut quand même déformer dans le temps une pièce comme la touche.

La respiration et la transpiration créent naturellement un environnement humide pour le violon. C’est pour cela que les pièces proches du corps ont plus tendance à se décoller.

Contrairement à ce que l’on peut penser, c’est pendant les saisons froides qu’un instrument à cordes est le plus soumis au dessèchement, le chauffage ayant tendance à assécher l'atmosphère.

De même, les fortes chaleurs présentes en été peuvent avoir les mêmes effets évoqués ci-dessus.       


CE QU’IL FAUT RETENIR :

1) Laisser reposer votre instrument dans la pièce la plus fraîche, celle où il y a le moins de variation de température ;

2) Eviter la proximité avec le chauffage, le soleil… N’hésitez pas à mettre des plantes ou un humidificateur si l’atmosphère est trop sèche ;

3) Un taux de 50% à 70% d’humidité est idéal pour l’instrument. Il en est de même pour une température de 17° à 21° qui saura conserver votre violon dans les meilleures conditions ;

4) Avec une température trop sèche, privilégiez un humidificateur spécifique. Après l’avoir bien essuyé, vous l’introduisez par exemple par les ouïes du violon ;

5) Pensez à relâcher les cordes lorsque l’instrument est au repos pour réduire la pression sur le chevalet qui risque de s’affaisser ;

6) Enfin, évitez les changements répétitifs de température ;

Un violon doit rester dans un environnement stable


« Retour

Partager cet article:

  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • Live
  • MySpace
  • Reddit
  • StumbleUpon
  • Technorati
  • Twitter



Les commentaires sont clos pour cet article.